Harper et la loi de Godwin

August 31, 2012

Dans le cadre de la campagne québécoise 2012, il y a plusieurs comparaisons douteuses qui sont lancés.  Une d’entre elle est de comparer la CAQ (Coalition Avenir Québec) avec les politiques de Stephen Harper.

Cette comparaison est exagéré et n’a pas sa place car elle n’amène rien de constructif au débat.  Ce qu’il faut comprendre, c’est que le gouvernement Harper représente une droite morale.  Plusieurs députés sont contre le mariage gai et contre l’avortement.  Soyons sérieux, la CAQ n’a jamais parlé de ses sujets et je doute qu’il supporte ses positions.

Marois y va d’une comparaison douteuse au niveau de l’économie.  Bien que les deux soit interventionnistes, Legault est nationaliste.  En d’autres mots, il veut nationaliser des entreprises sous le concept d’une économie de propriétaire.  Harper de son côté utilise la banque du Canada et des programmes d’aide aux entreprises peu importe qui est le propriétaire.  Ce n’est pas la même philosophie.

Certains me diront qu’ils veulent faire des coupures dans la fonction publique.  Ici, on mélange administration avec politique économique.  Legault se définit comme étant de la gauche efficace.  Il veut une saine gestion pour investir ailleurs dans l’appareil gouvernemental.  Harper coupe pour donner des baisses d’impôt ou s’acheter des F-35.  La mesure est la même, mais pas l’objectif.

Surtout, on compare un politicien provincial avec un fédéral.  Les champs de compétence sont différents et la dynamique aussi.  Legault est politicien de gauche étatiste et Harper de droite étatiste.  La comparaison est exagérée et ne tient pas la route.  Surtout qu’on associe Harper au mal absolu.  Ce sont deux politiciens qui sont très différent.

Pour cette raison, je confère un point de Godwin à Marois.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache