Un registre qui n’est pas rentable

November 4, 2009

Le débat autour du registre des armes à feu est complète déconnecté de la réalité. Les démagogues ( socialiste + féministe ) s’en donnent à coeur joie. On parle littéralement d’abolir le registre pendant qu’on veut seulement exempté les chasseurs.  On se croirait en campagne référendaire avec les scénarios que les différents groupes de pression nous présente tellement c’est exagéré.

Les féministes extrémistes y tiennent mordicus peu importe les milliards gaspiller. Une femme canadienne qui aurait été sauvé indirectement par le registre vaut des milliards.  Je dis “canadienne” parce que si l’intention est de sauver des vies, on devrait plutôt investir l’argent en Afrique, on aurait sûrement un meilleur retour sur investissement…

On retrouve bien quelques policiers comme Yvan Delorme, directeur du Service de police de la ville de Montréal, qui soutiennent le registre.  Il prétend que cet outil est efficace pour combattre les tueries.  Il permet de faire de la prévention en identifiant ceux qui ont des armes.  C’est pas parce que tu as 10,000 hit que ton outil est utile.  C’est un beau chiffre, mais les résultats eux, est-ce qu’ils sont au rendez-vous?  Imaginez-vous la tuerie de Dawson sans le registre.  Ça aurait changer de quoi?

Pourtant, dans les faits, c’est la formation des policiers et du personnel qui sauve des vies.  Les bonnes mesure à faire c’est d’engager des enquêteurs et policier pour prévenir le crime.  Un registre des armes à feu n’éliminera pas la stupidité humaine.  Alors, est-ce qu’on peut laisser tranquile les chasseurs qui sont après tout les véritables victimes dans cette histoire de bureaucratie?

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache