L’utilité du syndicalisme

March 19, 2009

Les syndicats sont nécessaires dans une société capitaliste. Ça peut paraître drôle venant d’une personne de droite qui prône le libre marché, mais il n’y a pas de contradiction. Le libre marché veut dire qu’on permet à chacun le droit de négocier ses conditions de travail. Si certains employés veulent se syndiqué pour obtenir de meilleur rapport de force, c’est correct et même souhaitable. Le but est d’obtenir le prix juste pour un travail. D’un autre côté, si une compagnie privé donne des sommes déraisonnables à ses employés, mais continue à faire du profit, pourquoi devrait-on s’indigner? Ils ont bien négocié leurs clauses, tant mieux pour eux.

Les reproches des gens de droite proviennent de droit individuelle qui sont bafoué par le syndicalisme. Par exemple, le droit de ne pas s’associer à un syndicat pour obtenir un travail, effectuer des votes secrets ou la remise en cause de la représentativité du syndicat dans une entreprise. Ce n’est pas la faute des syndicats, mais bien des gouvernements qui ont donné ses avantages. Il y a plusieurs points qu’il faudrait réformer dans le code du travail et malheureusement, les syndicats sont une formidable force d’immobilisme. C’est particulièrement vrai dans le domaine de la construction ou il y a un monopole syndical.

C’est vraiment dans le secteur public que le syndicalisme ne devrait pas exister. Le gouvernement offre des services essentiels à la population et ne peut se permettre d’être perturber. Les rapports de force sont inégaux. D’un côté, dès que le syndicat fait des moyens de pression, c’est la population qui en paie les frais. Le gouvernement ne peut pas faire faillite et n’a pas de compétiteur. On ne peut pas appliquer les mêmes règles que dans le privé. De l’autre côté, le gouvernement peut voter des lois et imposer les normes. Dans cette situation, le syndicat est inutile et les cotisations syndicales ne servent qu’à payer un lobby qui fait de la pression sur le gouvernement. Ça crée un climat mal sain. Le gouvernement représente la population, il est donc impensable que le gouvernement exploite ses employés à moins de vouloir absolument perdre les prochaines élections.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache