Le prix de l’exagération

March 18, 2009

Melissa Blais et Francis Dupuis-Déri ont écris un livre sur le masculinisme en 2008. C’est une attaque sans équivoque contre le mouvement masculinisme. En fait, depuis quelques années, les médias ne consultent plus uniquement les féministes pour les rapports entre les hommes et femmes. C’est inquiétant pour le mouvement féministe, car ça dénote un problème. L’exagération de certaines féministes à nuit au mouvement. Quand c’est trop gros, on commence à douter des affirmations. Les groupes masculinistes ont profité de cette faiblesse et ont contredit plusieurs affirmations. Ils ont fait exactement comme n’importe quel autre groupe de pression, ils ont répété le message. Par exemple, les 300 000 femmes battues au Québec ou « Il y a un Marc Lépine qui sommeil à l’intérieur de chaque homme ». Ils sont en train définir les féministes.

Le mouvement masculiniste au Québec est faible et n’est pas financé pour mener des campagnes d’information dans les médias. Quand une émission présente un gars de Fathers4justice qui bloque le pont, on ne peut pas dire que c’est de la publicité positive. Ça fait un tort considérable à leur mouvement en termes de crédibilité. C’est vrai que des groupes masculistes ont maintenant de la visibilité comme le groupe l’Apres-Rupture. Il marque des points en utilisant un discours plus modéré. Les groupes de femme devraient faire de même et utiliser un discours plus modéré.

A la fin, les deux groupes qui s’oppose recherche la même chose. Ils veulent une égalité de traitement et de l’argent pour soigner des personnes en détresse. Pourquoi tant de haine et d’insulte pour arriver à un but aussi noble ?

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache