Les ennemis imaginaires du féminisme

March 12, 2009

On pourra dire ce qu’on voudra, la recherche de l’égalité entre les hommes et les femmes est une juste cause. On est pas obligé de créer des « Méchants » à combattre pour faire avancer une société. Les cas de Marc Lépine et Laurie Dann sont flagrant. Ce sont des cas isolé de fous furieux qui ont tué spécifiquement des personnes de sexe opposé. Une des erreurs que je vois le plus souvent est la généralisation d’un cas. Depuis les évènements de la Polytechnique, combien de massacre est-ce qu’il y a eu au Québec contre les féministes? Aucun. Il y a deux causes possibles, soit qu’on a mis en place les mesures nécessaire pour arrêter ses crimes haineux ou c’est un cas isolé. Après 20 ans, l’histoire nous montre que c’est un cas isolé.

Dans chaque mouvement, il y a des groupes ou des personnes extrémistes qui avec leurs gestes et paroles nuisent à une bonne cause. C’est le cas de Pol Pelletier lorsqu’elle dit : « Le patriarcat a envoyé un gars au front, Marc Lépine, habillé en soldat. Ce costume n’est pas dans le film, d’ailleurs; on se demande pourquoi. Un système, quel qu’il soit, ne se laisse pas mourir. C’est pareil pour le patriarcat. Il n’y a pas eu 14 victimes de Poly, il y en a eu 15. Marc Lépine était la quinzième. »

Vous savez, je me demande bien qui sont derrière le système patriarcal parce qu’il semble si puissant. Envoyez un gars pour tuer des filles dans une école, il faut le faire. Si les féministes étaient capables d’identifier les dirigeants de ce système, je poursuivrais les dirigeants personnellement pour incitation à la haine.

De nos jours, si une femme est victime d’une injustice à cause que c’est une femme, elle peut et doit poursuivre les responsables. La loi est là pour ça. Inutile de créer un système imaginaire de conspiration des hommes contre les femmes.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache