La chasse aux phoques

March 10, 2009

Il y a beaucoup de choses qui se disent sur la chasse aux phoques. Je suis content de voir qu’une organisation écologiste, Nature Québec, soit pragmatique. On peut faire du commerce tout en respectant la nature. Un des objectifs de la chasse aux phoques est de préserver la morue. Si la population des phoques augmentent trop, la nature va s’occuper des les tuer à notre place. L’équation est très simple, plus il y aura de phoque, moins il y aura de morue. Quand il n’y aura plus assez de morue pour la population de phoque, la nature va les faire mourir de faim tout simplement. La nature n’a pas de sentiment et est cruelle des fois.

Les gouvernements veulent maintenir la population à 4,1 millions et les prélèvements sont faits en conséquence. Les mesures sont en place pour une chasse raisonnable. Est-ce que cette chasse est cruelle ou inhumaine? Non. Tuer un être vivant n’est jamais élégant. Un ours polaire qui tue est aussi cruelle qu’un humain qui tue. On est carnivore, il faut l’assumer. On tue des millions de bête pour se nourrir. J’ai jamais eu de remord de conscience. Croyez-vous que les abattoirs tuent de façon élégante pour présenter un reportage au TVA de 18h? Bien sûr que non. On tue rapidement et efficacement. Ce sont les seuls critères qui comptent.

Bref, la chasse aux phoques, c’est la même chose que n’importe quelle chasse au Canada ou ailleurs dans le monde.

3 Responses to “La chasse aux phoques”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Le poulet qu’on mange à l’épicerie a été élevé dans des conditions inhumaines, et sa vie s’est résumée à être élevé pour être abattu lâchement. Le phoque, au moins, a une chance, et à quelque part les plus intelligents se font moins abattre.

    La chasse aux phoques n’est ni plus humaine ni moins humaine qu’une autre chasse: nous sommes des omnivores et nous devons nous nourrir. Y a-t-il une façon humaine de tuer?

  2. On ne tue pas les phoques pour leur viande mais pour alimenter le commerce de la fourrure!

    Nature Québec agit-il réellement par conviction écologique? On peut se poser la question quand on voit dans sa liste de « partenaires financiers » Pêches et Océans Canada, le ministère gouvernemental qui subventionne et coordonne la chasse au phoque. Nature Québec reçoit aussi des subventions de la Fondation de la Faune du Québec, un organisme gouvernemental favorisant la chasse et la pêche dites sportives ainsi que du Fond mondial pour la nature Canada (World Wildlife Fund-WWF) dont toute l’histoire est liée à la chasse.(1) Un des présidents du passé de la WWF était non seulement un chasseur célèbre pour ses tueries massives d’animaux mais aussi président de la National Rifle Association, un lobby international contre tout contrôle des armes a feu. Jusqu’en l988 la WWF organisait des enchères de vente de fourrure pour renflouer ses caisses. Elle a toujours soutenu la chasse aux phoques en connivence avec le gouvernement canadien.

    Nature Québec a de plus des « partenaires en biens et services pour des expertises, conseils et validations scientifiques et techniques » comme la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec,la Fédération québécoise de la Faune (qui malgré son nom regroupe des chasseurs et des pêcheurs) et la Fédération des pourvoiries du Québec. Ces groupes pro-chasse et pro-fourrure peuvent-ils réellement donner une expertise valable et objective à un organisme se voulant écologique?

    Même si on tue tous les phoques jusqu’au dernier, la morue ne reviendra pas. C’est les pêcheurs qui vident les océans, pas les phoques!

    98% des phoques ont entre l3 jours et 3 mois. Certains n’ont pas pris de repas solides ou commencer à nager. On leur fracasse la tête parce que ce sont des juvéniles, des bébés en quelque sorte.

    Croyez-vous vraiment qu’à notre époque nous ayons besoin de nous vêtir de fourrure? Tous ce massacre pour avoir 30$ pour une peau, ca ne vaut pas la peine, autant d’un point de vue écologique qu’humain.

    Espérons que l’Union Européenne finalisera son boycott de tous les produits dérivés du phoque. Le marché de la fourrure est en train de s’effondrer et c’est un plus pour les animaux comme pour l’environnement.

    Si un peu plus d’humains avaient des “remords de conscience”, la planète ne s’en porterait que mieux

  3. Tout le monde le sait qu’on tue les phoques pour la fourrure, on les tue pour autres choses? C’est quand même mieux que les tuer pour leur pénis.

    Les accusations sur Nature Québec me semblent démesurées. Nature Québec, anciennement l’Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN), est un organisme à but non lucratif qui regroupe des individus et des organismes œuvrant à la protection de l’environnement et à la promotion du développement durable. Ils n’ont aucun intérêt financier dans la chasse au phoque. Ils sont préoccupés par la gestion des troupeaux, mais ne voit rien de mal à l’exploitation des richesses naturelles de façon responsable.

    Au Canada, on finance des organismes qui sont contre les opinions des dirigeants actuelles. Nature Québec s’est battu contre le gouvernement Charest pour la privatisation du Mont Orford. Pourtant, il continue à les financer… Donc, quand on fait le lien qu’un organisme est partial parce qu’il reçoit des fonds publiques, je demande des preuves qu’il y a eu de l’influence extérieur. Greenpeace est pour la chasse, bien qu’il critique les méthodes du gouvernement Canadien sur la gestion des troupeaux. Pourtant, il ne reçoive pas de subvention du gouvernement.

    La population de phoque aurait un peu plus que triplé depuis le niveau de 1970 passant de 1,7 millions à 5.2 millions d’individus en 2000. Et même en 1970, l’espèce n’était pas menacée. C’est pour cette raison qu’on authorise la chasse. On ne veut pas revenir à 1.7 million, mais maintenir la population. Ainsi, pour contrôler une population, on tue les jeunes adultes comme pour n’importe quelle autre chasse.

    La population de phoque nuit au renouvellement des stocks de morue. C’est vrai que les pêcheurs n’ont pas fait attention, mais je crois qu’ils ont compris la leçon. Une augmentation de la population de phoque est néfaste pour redémarrer cette pêche avec une vision de développement durable.

    J’espère que tu es végétarienne parce que quand tu y penses, mangez des oeufs, ça veut dire manger des poussins tout mignons qui n’ont même pas pu voir la lumière jour. Quand on tue veau, on est aussi cruelle. C’est une conception humaine qu’on applique sur les animaux. Etre humain, c’est être omnivore. Il faut l’accepter. Si une majorité de la population non pas de remords de conscience, c’est justement parce qu’ils sont humains.

    La chasse au phoque est rentable. D’ailleur une des rare industries sans subvention au Canada. On n’encourage pas la chasse, mais de là à l’interdire pour de faux motif, non.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache