Le prix du bois

February 27, 2009

Les libéraux donnent souvent l’impression d’être de droite, pourtant ils agissent comme un gouvernement de centre-gauche. Leur politique ressemble énormément à celle des péquistes à plusieurs égards par exemple dans le domaine de la foresterie. Dans le livre vert du ministre Claude Béchard, il propose d’instaurer un système d’enchère pour déterminer le prix du bois en terre public. Une très bonne idée en théorie. Cependant, quand on fouille un peu plus, on voit que c’est seulement 25% de l’excédent des 100 mille mètre cube qui sera mis à l’enchère. Le résultat est qu’il manquera de volume de bois pour faire un marché viable. L’étude Del Degan le démontre. On retrouve dans le rapport 41 fois le mot « manipulation » et plusieurs fois collusion et corruption. Si vous voulez un prix de marché, il faut laisser le marché agir sans intervention de l’état.

Les libéraux nous disent que leur réforme du livre vert, le prix du bois n’augmentera pas. Selon Xavier Robidas de l’association des producteurs de copeaux du Québec inc. (APCQ), le prix du bois au Québec, c’est les « opérations de planification, transport, récolte, plus des droits de coupe, plus la remise en production, plus des coûts de système, le coût de transaction dans l’économie ». La nouvelle équation proposé dans le livre vert, on doit rajouter le bureau de mise en marché du bois, les sociétés d’aménagement, la redevance du premier preneur puis le fonds d’investissement sylvicole. Si on rajoute les éléments pour le calcul du prix du bois et que le prix du bois demeure le même, il y a des éléments qui devront disparaître ou être réduit. Malheureusement, nous avons un gouvernement de qui aime les interventions, on va bien entendu subventionner pour aider des entreprises que le gouvernement lui-même à mis dans le trou. Quel bonne gestion, mais il faut se rappeller que quoi qu’il arrive, c’est la faute des péquistes.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache