C’est jamais la faute des libéraux

February 27, 2009

On a les politiciens qu’on mérite. Les libéraux sont passés les maîtres à mettre la faute sur les autres. Cette fois-ci, le fait que la firme américaine Standards and Poor’s met sur surveillance la cote de la Caisse de Dépôt et Placement ( CDP ) est la faute du parti Québecois. C’est trop fréquent en politique québecoise. Personne n’est responsable des déboires. Quand aurons-nous un gouvernement qui assumera ses décisions?

Les libéraux ont nommé des personnes très partisane aux conseilles d’administration comme Steven M. Cummings. Il a été nommé le 1er octobre 2003. C’est un bailleur de fond pour les libéraux. En 2000, 2001 et 2002, il a donné personnellement 9000 dollars au Parti Liberal. C’est un bon investissement pour lui puisqu’immédiatement après l’élection de Jean Charest le 14 avril 2003, il est nommé à la CDP. A part d’être près des juifs et des libéraux, il n’a pas les qualifications requise pour être sur le conseil d’administration. Quelle est sa formation? Etude au programme du baccalauréat ès arts. Vraiment, je suis impressioné. Son plus grand atout a été d’être Président du Canadian Jewish Alliance de 2001 à 2003. Il a été aussi Président des Placement Maxwell Cummings & fils limitée depuis 1984. Avec la débâcle de la CDP, un seul mot devrait lui être dit : DEHORS.

C’est un exemple de la politisation de la caisse que Standards and Poor’s dénonce. Rien avoir avec le Parti Québecois, bien qu’eux aient nommé Henri Massé et Claudette Carbonneau… Ils sont directement reliés à cette surveillance de l’organisme. Ils font de l’ingérence et avec un gouvernement majoritaire, l’organisme croient à juste titre que ça va augmenter. Les nominations partisanes sont pourtant l’inverse du concept de rendement optimal. Ils faudraient que les libéraux commencent à être cohérent et nomme des personnes compétentes aux conseils d’administration de la CDP.

One Response to “C’est jamais la faute des libéraux”

  1. Tout à fait d’accord avec cette analyse. Les têtes doivent rouler; il est inacceptable pour notre société d’accepter de telles contre-performances.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache