FFQ : Droit à l’éducation

February 19, 2009

“En permettant la transmission des savoirs, des valeurs et l’apprentissage de la citoyenneté, l’éducation constitue le fondement même du développement d’une société. L’éducation est donc un droit fondamental qui comporte l’instruction ainsi que la formation de personnes libres et critiques pouvant exercer pleinement leurs responsabilités de citoyennes.”

Il est difficile d’être contre cette vertue. Ce que fait la Fédération des Femmes du Québec ( FFQ ), c’est qu’elle associe cette valeur à une mesure de gauche. La FFQ propose une plateforme politique pour faire avancer leur cause. Leur objectif est de faire en sorte que lorsqu’on s’attaque à la mesure, on se retrouve à attaquer la vertue indirectement. Elles font carrément de la promotion pour les parties de gauche et plus précisement Québec Solidaire. Le but est d’associer une vertue à un parti politique pour que chaque attaque soit une attaque contre une vertue. On a qu’à penser à l’attaque de Sylvain Bouchard contre la présence de Françoise David dans les manuels scolaires. On s’attaque au chef d’un parti politique de gauche, on attaque la vertue, dans ce cas-ci l’égalité entre les hommes et femmes.

La FFQ propose la gratuité scolaire comme mesure féministe. Pourtant, il n’y a pas de lien entre accessibilité et frais de scolarité. Plusieurs province ayant des frais beaucoup plus élevé on plus d’étudiant que le Québec. Si les frais de scolarité sont pareils pour les gars et les filles, on peut affirmer que l’égalité est atteinte. On peut réussir à rendre l’université plus accessible par les prêts et bourses. Au Québec, si tu veux faire des études, le gouvernement va t’aider. Si tu ne vas pas l’université, c’est parce que ça te tente pas. C’est la même chose pour le choix des programmes choisis par les femmes. Si on a très peu de femme dans un domaine, c’est peut-être parce que ça n’intéresse pas les femmes. Aucun rapport avec des mesures patriacales.

La cause que défend la FFQ est noble, mais il ne faudrait pas ambitionné non plus. La bataille que la FFQ mène pour l’école publique est dénudée de sens. En quoi un service public ou privé modifie les droits des femmes? Absolument rien. On donne le service peut importe que ça soit public ou privé. C’est ça l’égalité. La FFQ fait de la politique active et devrait clairement affiché son penchant pour Québec Solidaire. D’ailleurs, la FFQ ne les a jamais critiqué, drôle de coïncidence…

2 Responses to “FFQ : Droit à l’éducation”

  1. Une Nation n’étant composée que d’hommes, je partage entièrement l’idée que ” la gratuité scolaire ” soit incontournable dans une civilisation ayant dépassée l’ère médiévale. Nous pouvons imaginer quelques dictatures qui formatent en appelant cela éducation, mais pouvons nous reconnaitre une dictature comme civilisation avancée ?
    Cordialement

  2. Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Je tiens à mentionner que je suis d’accord avec le principe de l’accessibilité à l’éducation pour tous. J’appuis sans réseve le concept de l’égalité des chances pour tous et chacun.

    Cependant, il n’y a pas de lien entre la mesure de “gratuité scolaire” et le concept de civilisation. Sinon, on devrait considérer les États-Unis comme une nation du moyen âge. D’un autre côté, Cuba offre la gratuité scolaire et on une dictature.

    Ce qui est important, c’est l’accessibilité à l’éducation. On peut utiliser des concepts de gauche ou droite pour y arriver. Mais cela est un autre débat.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache