Les subventions, c’est pour notre intérêt

February 10, 2009

Voici une réflexion de Jean-Robert Sansfaçon

“Tous les pays soutiennent leur agriculture, c’est normal. La question est plutôt de savoir si l’aide est socialement équitable, efficace, et si elle encourage le développement régional sans nuire à l’environnement. À l’heure actuelle, la réponse est non, comme le concluait la commission Pronovost.”

L’intervention de l’état est toujours très bien vu, surtout en temps de crise.  Quand l’état intervient dans l’économie, c’est l’équivalent d’un investissement.  Il est possible que le gouvernement fasse des choix judicieux comme Hydro-Quebec, mais pour chaque succès, combien d’échec le gouvernement subit-il?  

Le cas de l’UPA est un exemple d’échec.  Très difficile pour des gestionnaires d’être parfaitement équitable quand il est temps de donner des subventions.  C’est impossible à vrai dire.  A chaque fois qu’on aide un producteur, on en pénalise un autre ailleur.

Quand le marché s’effondre, on donne encore plus d’argent pour les maintenir en vie.  C’est relativement facile pour l’UPA d’aller chercher des fonds, car ils contrôlent le Conseil de développement de l’agriculture du Québec ( CDAQ ).  Cette organisme gère les fonds fédéraux pour les producteurs agricoles.  Les 7 administrateurs sont issus de l’UPA ce qui leur donne une main mise sur les fonds disponibles.

Malheureusement, la moitié de la production sera exporté.  On subventionne avec notre argent les citoyens étranger qui pourront acheté des produits à bas prix.  Ce n’est pas parce que les autres pays le font qu’on doit aussi le faire.  La générosité a des limites.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache