Un cas d’injustice provenant de la gauche

February 6, 2009

Il existe encore aujourd’hui des cas encore où les femmes sont victimes d’injustice. Devant ce constat, la Fédération des Femmes ( FFQ ) tente de nous « sensibilisé » ou plutôt de nous convaincre qu’une vision de gauche est LA solution. Pourtant, les concepts de gauche et de droite n’ont rien à voir avec l’égalité homme et femme. Des organisations de gauche peuvent être aussi complice d’une situation d’injustice. Voici un exemple :

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse c. Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis, 2007 QCTDP 29 (CanLII)

“Le Tribunal des droits de la personne (ci-après le Tribunal) est saisi d’une demande introductive d’instance dans laquelle la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (ci-après la Commission) allègue que les défendeurs, Hôpital Général Juif Sir Mortimer B. Davis (ci-après l’Hôpital) et Syndicat national des employés de l’Hôpital Général Juif Sir Mortimer B. Davis (ci-après le Syndicat), ont porté atteinte au droit des plaignantes, mesdames Mary Smith et Jennifer Bennett, de bénéficier de conditions de travail exemptes de discrimination fondée sur le sexe, contrevenant ainsi aux articles 10 et 16 de la Charte des droits et libertés de la personne[1] (ci-après la Charte).

L’Hôpital reconnaît que, le 15 novembre 1999, il a conclu avec le Syndicat une entente relative à la sexualisation des postes [3] de préposés aux bénéficiaires [4], laquelle a été reconduite le 20 août 2000[5].”

Le syndicat affillié à la CSN n’a pas déposé de grief après que deux plaignantes ont porté plainte. Ils disaient que c’est l’application de la politique par l’employeur qui a causé le problème. On a même eu droit à un rapport d’expertise du rabbin Benjamin Weiss pour nous justifier la sexualisation des postes. Finalement, la cours a annulé la clause de la convention signé et reconduit par le syndicat. Aussi, l’Hopital et le syndicat devront verser 15 000$ au deux plaignantes.

Ce cas démontre que les syndicats ( CSN ) peuvent être complices et ne sont pas mieux que le patronat. La FFQ devrait commencer à critiquer les syndicats qui collaborent avec des employeurs pour faire des politiques sexistes. Ça serait trop leur demander, cette organisation préfère être complaisante envers les partis politiques de gauche et les syndicats. Impossible d’être de droite et avoir des politiques d’égalité homme-femme selon eux.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache