L’incohérence du FRAPRU

January 12, 2009

Le FRAPRU est l’exemple parfait d’un groupe de pression qui a force de manifester perd sa crédibilité.  Aujourd’hui, il nous sorte leur fameux dossier noir.  Ce groupe demande à Statistique Canada de faire le regroupement pour eux.  Il regarde les chiffres du recensement 2006, et ils y voient toujours de la pauvreté et un manque de logement social.  Peu importe les chiffres donnés.  Depuis 1981, la situation s’est toujours déterioré et le gouvernement doit intervenir encore plus.

Ce qu’on ne mentionne pas, c’est que le taux de propriété est à la hausse et le taux de locataire a diminué de 7,6% selon le même rescencement.  Selon radio-canada

En 1981, moins de 4 % des ménages propriétaires possédaient un condominium. En 2001, cette proportion avait plus que doublé, pour atteindre 9,0 %. Cinq ans plus tard, elle atteignait le sommet de 10,9 %. Le recensement a dénombré 913 000 ménages propriétaires d’un condominium en 2006, soit 36,5 % de plus qu’en 2001.

S’il y a moins de riche locataire, il va donc y avoir plus de pauvre locataire en pourcentage.  Même si le nombre de pauvre locataire augmente, la population a augmenté au Québec, ce qui fait que la situation est loin d’être catastrophique.  Une tranche plus faible de la population est locataire, ce qui est un signe d’enrichessement et non de pauvreté.

Le prix des loyer ne peut pas augmenté de façon expotentielle, car les gens vont s’acheter des condos au lieu de louer pour le même prix avec des programme comme Accès Condos.

Comments are closed.

Un homme libre sur le plateau is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache